Jean-Jacques Dessalines

Caricature de Dessalines tenant la tête tranchée d’une femme (1806).

Empereur d’Haïti de à

Le 22 février 1804, après sa nomination à la tête de l’État, Dessalines prend un décret ordonnant le massacre des Blancs. Si les femmes et les enfants sont d’abord censés être épargnés, Dessalines décide finalement de les éliminer également.1Popkin 2011, Ch. 5, The Struggle for Independence, 1802-1806, p. 137.

À Jérémie, Dessalines insiste pour que tous ses soldats, notamment les mulâtres, appliquent ses consignes. Les femmes qui ne sont pas tuées subissent des viols, ou, menacées de mort, sont obligées à des mariages forcés.

À Cap-Haïtien, comme ailleurs, la majorité des femmes et des enfants ne sont pas tués dès le début. Mais les conseillers de Dessalines martèlent que les Haïtiens blancs ne peuvent pas être anéantis si les femmes restent libres d’engendrer des hommes français blancs ; à la suite de cela, Dessalines donne l’ordre que les femmes soient tuées elles aussi, à l’exception de celles qui acceptent d’épouser des officiers de couleur. 2Girard 2011, Ch. 19 : Haitian Independance, p. 321-322.

 

 

Télécharger PDF Télécharger PDF

Notes et références

Notes et références
1 Popkin 2011, Ch. 5, The Struggle for Independence, 1802-1806, p. 137.
2 Girard 2011, Ch. 19 : Haitian Independance, p. 321-322.
Barre latérale